Actualités

Blocage du 17 novembre : des « fake news » circulent

  • par Elise
  • 5 novembre 2018

 

Prix du carburant, gilets jaunes, lettre d’Emmanuel Macron contre les manifestants : de nombreuses fausses informations circulent. 

À moins de deux semaines du mouvement du 17 novembre, la colère des automobilistes contre le prix du carburant se répand sur les réseaux sociaux, avec son lot d’intox. En voici huit vérifiées par le service Checknews de Libération. 

1) Non, le fait de mettre un gilet jaune sur votre tableau de bord n’est pas passible de 150 euros d’amende

Plusieurs internautes ont demandé si le fait de mettre un gilet jaune sur son tableau de bord était passible d’une amende, comme le disent de nombreux posts qui circulent sur les réseaux sociaux. En attendant le mouvement du 17 novembre, qui pourrait bloquer une partie de la France, certains usagers en colère ont en effet décidé de manifester leur mécontentement en posant des gilets jaunes sur leur tableau de bord. Mais cette pratique n’est en rien punie d’une contravention. 

2) Non, le directeur de la gendarmerie n’a pas menacé les manifestants de sanctions sur BFMTV

Sur Facebook, une publication du 29 octobre a été partagée plus de 28 000 fois. Il s’agit d’une capture d’écran d’une émission de BFMTV où l’on voit Richard Lizurey, directeur de la gendarmerie nationale. Une citation lui est attribuée, «Les contrevenants sont prévenus», et le bandeau «Alerte Info» de la chaîne indique les peines encourues pour entrave à la circulation (conformément à l’article L412-1 du Code de la route).

Le directeur de la gendarmerie nationale a-t-il vraiment mis en garde les (éventuels) manifestants en prévision du blocage ? La capture d’écran est en fait un faux grossier : tout le texte des bandeaux de BFMTV a été modifié. Contacté par CheckNews, le ministère de l’Intérieur confirme qu’aucune communication sur ce sujet n’a été faite.
Reste que l’article L412-1 du Code de la route punit bel et bien «de deux ans d’emprisonnement et de 4 500 euros d’amende» le fait «d’entraver ou de gêner la circulation» sur «une voie ouverte à la circulation publique».

3) Non, Emmanuel Macron n’a pas demandé par courrier un usage de la force contre les agitateurs si nécessaire

Des lecteurs ont également demandé de vérifier l’authenticité d’un supposé courrier d’Emmanuel Macron au procureur de Paris, qui circule sur les réseaux sociaux. Dans cette lettre datée du 2 novembre, le président évoque le mouvement du 17 novembre contre les prix élevés du carburant. Estimant que la mobilisation sur les réseaux sociaux «laisse présager un mouvement de grande ampleur», il demande au procureur de «prendre les mesures nécessaires pour que les agitateurs ne puissent nuire au bon fonctionnement de la république.» Et de préciser, que «l’usage de la force, si nécessaire, n’est pas à mettre de côté.»

Si plusieurs internautes se sont indignés de la teneur de cette lettre, d’autres ont immédiatement crié à la «fake news», remarquant notamment le nombre élevé de fautes d’orthographe. De fait, il s’agit d’un faux, comme Checknews en a eu confirmation auprès de l’Elysée.

4) Non, la police n’appelle pas au blocage

«La police a décidé de se joindre à nous le 17 novembre, journée de blocus national», annonce en lettres capitales cette publication Facebook partagée plusieurs dizaines de milliers de fois.

Le message comporte une photo, où on lit en gros : «La Police nationale sera aux côtés des citoyens de France le 17/11/1018 [...]. Voici leur communiqué.»

En dessous, un court texte signé «Collectif national - UPNI». Le texte de l’UPNI est authentique. Il s’agit bien d’un communiqué de l’Union des policiers nationaux indépendants. Cette association a officiellement pris le parti de se mobiliser, le 17 novembre 2018, sous le mot d’ordre «Policiers solidaires, citoyens en colère». L’UPNI n’étant pas un syndicat, ses membres n’ont officiellement pas le droit de s’exprimer car les policiers sont tenus au devoir de réserve. Toutefois, tant qu’ils ne sont pas en uniforme et qu’ils ne portent pas de signes distinctifs, ils ont bien le droit de manifester (et de se mobiliser). C’est donc ce que prévoient de faire les membres de l’UPNI, en distribuant des tracts ou en disposant un gilet jaune sur leur tableau de bord.

Le problème est ailleurs, dans l’utilisation du logo «Police nationale». Car l’institution n’a en effet jamais prévu de soutenir le mouvement du 17 novembre, ni de se ranger derrière l’initiative de l’UPNI.

Contactée par CheckNews, la Direction générale de la police nationale (DGPN) explique que «le dépôt d’une plainte est à l’étude». En effet, «Police nationale» est une marque déposée auprès de l'INPI.

5) Non, l’essence ne valait pas 2 euros en mars 2012

Plusieurs commentateurs s’étonnent de l’ampleur de la contestation contre l’essence chère, en mettant en avant le fait que l’essence valait 2€ en mars 2012, soit près de 40 cts de plus qu’aujourd’hui. C’est une comparaison trompeuse.
En mars 2012, une pompe à essence parisienne, à deux pas de la Bastille, avait effectivement affiché le litre SP95 à 2,02 euros, comme le rapportait à l’époque une dépêche de l’AFP. La station service avait alors été l’objet de nombreux reportages. 

Mais le prix de 2,02€ affichés par la station parisienne en mars 2012 ne reflétait pas du tout les prix moyens du carburant. La même dépêche AFP indiquait que le prix moyen en France du SP95, tiré par la forte hausse du prix du baril, était alors 1,62€. Soit 40 cts de moins que le prix pratiqué par la station de Saint-Antoine.

6 ans après, la station essence parisienne continue de pratiquer des tarifs très au-dessus de la moyenne nationale (prix du litre de SP95 au 31/10 : 1,99€). Le printemps 2012 correspond à la période durant laquelle l’essence a été la plus chère en France.

Le prix moyen d’un litre de sans plomb était à l’époque plus cher qu’aujourd’hui (le prix moyen du SP95 était de 1,556 au 19 octobre dernier).

Ce qui n’est pas vrai pour le litre de gasoil. En 2012, au plus fort du pic des prix du pétrole, le gasoil avait atteint 1,432€. Un prix nettement inférieur à ce qu’il est aujourd’hui (1,533€, prix moyen au 18 octobre).

Ce qui s’explique par le fait que les taxes frappant le gasoil ont fortement augmenté ces dernières années. Les prix du diesel étant aujourd’hui les plus élevés jamais enregistrés.

6) Non, Leclerc n’affiche pas dans ses stations le prix du carburant hors taxe

Une photo circule sur les réseaux sociaux. On y voit un panneau d’une station essence Leclerc affichant le prix au litre du sans-plomb 95 et du gasoil (respectivement 1,519€ et 1,469€), ainsi que le prix de ces deux carburants sans les taxes (0,67€ et 0,64€). «Tout est écrit, nous sommes pris pour des cons», a ajouté sur l’image un usager mécontent, qui incite à faire tourner un maximum la photo, prise (selon lui) le 28 octobre.

De nombreux internautes ont cru y voir une opération de com' de l’enseigne de grande distribution, destinée à pointer le poids des taxes.
Contacté par Checknews, Leclerc a adressé cette réponse :
« Nous avons bien connaissance de l’existence d’une photo annotée, circulant sur les réseaux sociaux, présentant des prix de carburants avant et après taxe, sur ce qui semble être un ancien affichage E. Leclerc. Nous ignorons la provenance de cette image et nous ne sommes pas en mesure de confirmer son authenticité. Si cette initiative provenait d’un magasin, l’enseigne E. Leclerc confirme ne pas en avoir été avertie et ne pas avoir été consultée.»

En fait, la photo est bien authentique, mais elle ne traduit aucune volonté de communication ou de provocation en période de colère des automobilistes de la part du responsable de la station-service. Comme le note 20 minutes, elle a été prise dans la station-service se situe à Bourcefranc-le-Chapus (Charente-Maritime), près du pont menant à l’île d’Oléron, qui propose du gazole et du sans-plomb traditionnel, mais aussi du «détaxé» à l’usage des marins professionnels… qui eux ne payent pas les taxes. «Nous vendons effectivement des produits détaxés aux professionnels, et sommes obligés par la loi d’afficher les prix. Le carburant détaxé est pour les marins et les ostréiculteurs. Il s’agit d’une pompe qui est au port et qui n’a rien à voir avec les pompes pour les voitures», explique le gérant de la station à CheckNews.

Si la photo a autant circulé, en cette période de grogne contre les prix du carburant, c’est qu’elle montre à nouveau l’importance de la fiscalité dans le prix du carburant. Les taxes représentent en effet environ 60% du prix du carburant en France.

7) Non, la récente hausse de la fiscalité sur les carburants n’explique pas à elle seule la hausse du prix à la pompe

De nombreux internautes appelant au blocage des routes le 17 novembre dénoncent la hausse du niveau des taxes, qui expliquerait la hausse du prix du carburant depuis un an. C’est en partie faux.

En un an, le litre de SP95 est passé en moyenne en France de 1,343€ (20 octobre 2017) à 1,556€ (19 octobre 2018). Soit une hausse de 21,3 cts (15 %). Le litre de diesel est lui passé sur la même période de 1,235€ à 1,523. Soit une augmentation de 29 cts (23,3 %).

Quelle est la part de la fiscalité dans cette hausse ? La fiscalité sur le carburant repose sur deux piliers :
- la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), qui est fixe
- la TVA (20 %), qui s’applique au produit hors taxe, mais aussi au montant de la TICPE.

C’est la TICPE que le gouvernement a décidé d’augmenter. Au 1er janvier 2018, la taxe a ainsi progressé de 6,33 cts par litre pour le gasoil, et de 3,22 cts par litre pour le SP95. Mais la TVA (20 %) s’appliquant au produit de la TICPE, cette hausse se traduit aussi mécaniquement par celle de la TVA. Au total, l’augmentation de la fiscalité sur les carburants au 1er janvier s’est traduite par une hausse de 7,6 cts par litre pour le gazole, et de 3,9 cts par litre pour le SP95.

Sur un an, l’augmentation des taxes n’a été qu’un facteur secondaire de la flambée des prix à la pompe. La principale raison de l’augmentation tient à l’accroissement du prix du carburant hors taxe, elle-même liée à la hausse du prix du pétrole. Pour autant, ces chiffres ne tiennent évidemment pas compte des augmentations fiscales à venir. Il est en effet prévu que la TCIPE augmente chaque année jusqu’à 2022. Au premier janvier 2019, elle entraînera une hausse de près de 3 cts pour le sans plomb et de 6 cts environ pour le gasoil.

8) Non, l’extrême droite n’est pas à l’origine du mouvement du 17 novembre

L’extrême droite est-elle derrière le mouvement du 17 novembre ? C’est un raccourci un peu trompeur, même si le rassemblement national souffle volontiers sur les braises de la colère des automobilistes, étant accusé de récupérer le mouvement.

Interrogé sur l’origine de ce dernier, Checknews en a retracé l’origine. Une pétition a d’abord été lancée en ligne, puis signée par près de 300 000 personnes en cinq jours. Son auteure Priscillia Ludosky assurait avoir été «contactée par une association d’automobilistes pour une éventuelle opération escargot sur le périphérique parisien le 17 novembre»

Surtout, des dizaines d’appels à bloquer les routes le 17 novembre se sont multipliés sur les réseaux sociaux. 

Une vidéo publiée le 24 octobre et appelant les automobilistes à déposer un gilet jaune devant leur pare-brise a par ailleurs cumulé quatre millions de vues et 192 000 partages. 

Une autre vidéo, comptabilisant des millions de vues, a contribué à rendre rendu particulièrement visible cette mobilisation.

L’auteur de la vidéo, Franck Buhler, se présentait comme étant l’un «de ceux qui portent la parole de la Patriosphère». Dans la première vidéo qu’il avait publié sur le sujet, le soir du 23 octobre, il s’expliquait :
«Aujourd’hui quelqu’un, j’ignore qui, a lancé une mobilisation générale du peuple français afin que le 17 novembre prochain […], nous soyons tous à bloquer tous les axes de circulation principaux du pays pour protester contre les hausses du prix de l’essence. Pour y mettre fin, et pour exiger du gouvernement une baisse des tarifs de l’essence.»

Il a eu beau expliquer à plusieurs reprises qu’il était n’est pas à l’origine du mouvement, la personnalité de Franck Buhler a contribué à rendre polémique l’organisation de l’événement. Et pour cause, l’homme est membre du parti de Nicolas Dupont-Aignan Debout la France, mais apparaît aussi en photo avec le théoricien du grand remplacement Renaud Camus, et a commis plusieurs tweets xénophobes selon des captures d’écran transmises à Libération
Ce qui permet à certains de dénoncer, sur Twitter, un mouvement «gangrené par l’extrême droite»
Pourtant, Franck Buhler n’est arrivé que dix jours après le début du mouvement. Dès le 12 octobre, un appel à bloquer les routes le 17 novembre était partagé sur des pages personnelles. L’auteure de la pétition faisait partie des internautes relayant l’événement, rejoint depuis par 200 000 personnes.

CheckNews a retrouvé les deux principaux organisateurs de l’événement. Deux chauffeurs routiers trentenaires originaires de Seine-et-Marne. «On parlait un soir au téléphone, et on se disait qu’on en avait marre de payer des taxes et des taxes et de voir le prix du carburant qui augmente», raconte Bruno Lefevre. «On n’habite pas en ville, et on ne peut pas se permettre de prendre des transports en commun qui sont presque inexistants. La première boulangerie à côté de chez moi est à 5 km, je suis obligé de prendre la route». Ils créent l’événement le lendemain de leur conversation, le 10 octobre. S’ils sont aujourd’hui en lien avec la pétitionnaire, ils assurent qu’ils ne la connaissaient pas avant. 

Au fur et à mesure, la protestation, pour l’instant virtuelle, a pris une ampleur à laquelle les deux routiers ne s’attendaient pas. À partir du 15 octobre, de nombreux collectifs et événements se créent. Certains le font en relation avec l’événement créé à Paris, d’autres s’en affranchissent complètement. Plusieurs organisateurs d’événements en France ont indiqué à CheckNews que les organisateurs étaient parfois en lien d’une région à l’autre.

Le 15 octobre, un groupe «Stop au carburant au prix de l’or» se crée. Il rassemble depuis près de 66 000 membres, et a changé son nom pour «La France en colère». Ces mouvements sont-ils politiques ? 
À Lyon, c’est une page signé NPA Rive de Gier qui lance dimanche un appel au blocage. A ce moment-là, l’événement parisien rassemble déjà 70 000 personnes intéressées. «Ça a vraiment commencé à décoller dimanche», précise Bruno Lefevre. En Auvergne, c’est un groupe populiste intitulé «Le pouvoir du peuple» qui est derrière l’événement. Un de ses administrateurs, qui partage de nombreux contenus contre Emmanuel Macron et le gouvernement, indique être apolitique, considérant les hommes politiques comme «tous pourris».

Bruno Lefevre et Eric Drouet, eux, sont formels. Si on trouve des contenus ouvertement anti-macronistes sur le profil Facebook d’Eric Drouet, ils ne «cautionnent pas du tout» les propos tenus par Franck Buhler sur ses pages. Ils ne sont affiliés à aucun parti politique ni aucun syndicat. «Des gens font des vidéos, appellent à nous suivre, mais on n’a aucun lien avec eux», insistent les routiers. 

 

Source : Libération