Actualités

OPEP : un accord historique pour enrayer la chute du pétrole (maj)

Mise à jour du 16 avril 2020 en bas de page


Dimanche soir, les pays exportateurs de pétrole ont finalement convenu d'un accord pour faire face à la baisse régulière du prix du baril depuis le début de l'année.

Face à l'ampleur de la situation pandémique, les pays membres de l'OPEP+ se devaient de réagir. Le début de la crise liée au Coronavirus a entraîné une très forte chute du prix du baril. Pour le consommateur, cela s'est traduit pas une baisse des tarifs pratiqués à la pompe. Pour rétablir le marché, un accord historique vient d'être signé.

Une baisse de la production jamais vue

Les discussions ont été engagées vendredi soir et à force de négociations, l'accord qui a abouti est qualifié d'"historique" puisqu'il se traduirait par la plus grande baisse de production de l'histoire. Concrètement, cela se engendrerait un ré-équilibre du marché. Puisque la plupart de pays sont en confinement, la demande pour le pétrole est bien moins élevée ; il s'agit donc de faire baisser l'offre pour stabiliser les prix.

Tous se sont accordés à réduire la production quotidienne de pétrole de 9,7 millions de barils par jour à compter du 1er mai. L'Arabie Saoudite et la Russie, en tête de cette coalition, souhaitent faire appliquer ces mesures jusqu'en mai 2022.

 

 

La Russie et l'Arabie Saoudite font une trève

Pour mémoire, la Russie avait initalement refusé d'opérer cette baisse de la production. Face à cette position, l'Arabie Saoudite a donc cassé les prix de ses barils afin de lui grignoter quelques parts de marché notamment sur les importations en Chine. Cela a provoqué la chute vertigineuse du prix du baril.

Les deux géants du cartel ont finalement signé une trève et décidé une coupe de la production de 10 millions de barils par jour. Ils se sont toutefois heurtés à la frilosité du Mexique qui avance avoir lourdement investi dans son infrastructure de production. L'OPEP+ a donc accepté une coupe à 9,7 millions de barils par jour.

Reste à savoir quelles seront les conséquences sur le prix du baril de Brent mais également sur les tarifs en stations-services dans le courant des prochaines semaines.

Mise à jour du 16 avril 2020

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), à cause du confinement généralisé, la demande mondiale de pétrole devrait s'effondrer de 9,3 millions de barils par jour. Dans ce contexte, les mesures prises par l'OPEP+ semble avoir été pensées pour ré-équilibré ces prévisions.

A lire également :

Carburant : les prix vont-ils à nouveau grimper ?
Carburant : malgré la chute du baril, les taxes freinent la baisse
Confinement : la consommation de carburant chute de 70%
Pétrole : le Brent s'effondre sous les $23


 

Suivez nos actus, conseils et bons plans !

Essence&CO sur Twitter    Essence&CO sur LinkedIn    Essence&CO sur Facebook

 


Guillaume Belfiore Guillaume Belfiore
Responsable Marketing Digital & Branding

 

 

 

 

Téléchargez Essence&CO sur iOS et Android
Nouveauté !
Carte carburant