Actualités

1/3 des automobilistes roulant au sans-plomb veulent revenir au diesel

 

Ils se sont laissés tenter par un véhicule il y a quelques années et ils regrettent aujourd’hui leur choix, déplorant une consommation de carburant excessive, et donc un passage à la pompe trop fréquent. Selon une enquête de L'Argus, ils seraient 1/3 à vouloir revenir au diesel.

Un regain d’attraction pour le diesel

Largement pointé du doigt lorsque l’affaire du Dieselgate a vu le jour, le diesel est de moins en moins perçu comme un repoussoir pour les automobilistes français. En effet, 30% des automobilistes français récemment convertis à l’essence songeraient à repasser sur un modèle diesel. En parallèle, 20% des automobilistes souhaitant plutôt se tourner vers des modèles électriques ou hybrides

Une expérience décevante avec les voitures essence

Si les constructeurs ont fait des progrès ces dernières années, un moteur essence reste toujours plus gourmand qu’un moteur diesel. « Un litre de sans plomb contient moins d’énergie qu’un litre de diesel donc vous consommerez plus en essence », a indiqué Franck Thibaut, de L’Argus pour RTL. « Sur une berline, les écarts seraient de l’ordre de 15 à 20 % », a-t-il précisé. Un écart pouvant atteindre les 30 % pour les modèles SUV.

L’achat d’une citadine diesel reste plus élevé qu’un modèle essence, et l’entretien coûte également plus cher. Néanmoins, le diesel reste meilleur marché pour un conducteur qui effectue plus de 20 000km par an et en SUV. 

Le diesel reste toutefois en perte de vitesse

En 2018, les ventes de modèles diesel en France ont représente 39% des immatriculations, contre 47,3% en 2017. En 2012, sa part était de 74%. La Peugeot 108 ou la Renault Twingo n'existent même plus en version diesel et des marques comme Toyota ou Porsche veulent bannir le diesel de leurs gammes dans les prochaines années.

Alors faut-il se laisser tenter par un modèle hybride ou électrique ? Pour inciter les français à franchir le pas, le gouvernement a revu à la hausse la prime à la conversion pour les ménages français non imposables qui se débarrasseront d’un vieux véhicule essence ou diesel (à condition d’habiter à plus de 30km de son lieu de travail). 

 

Sources : ladepeche.fr, Ouest France

 

Bons Plans